LES CROYANCES RENFORCENT-ELLES LA GUÉRISON ?



















 

 

 

 

 




 

 


 

 

 

 

 

 

 

 


[ RETOUR ]

LOURDES :


Nous avons un exemple connu mondialement, Lourdes, je n'associe pas ce lieu aux lieux qui guérissent car je pense qu'il fait partie plus de l'exemple concret de la guérison par la foi. Au début des apparitions à Lourdes, on décompte entre 1908 et 1913, 34 miraculés, en tout depuis il y a bientôt cent cinquante ans, seul 67 miracles ont été reconnus officiellement par le comité médical et l'Église catholique. On parle de guérisons reconnues, mais des milliers d'autres guérisons ont eu lieu, sans obtenir l'approbation de l'église face à ce phénomène.
En effet pour être reconnu miraculé de Lourdes, il ne faut avoir bénéficié d'aucun traitement médical, ce qui parait assez impossible de nos jours.

LES POUVOIRS DE L'AUTO-GUERISON :

On peut débattre moult et moult fois sur ce thème, cependant une chose est sûre, psychologiquement la foi apporte un soulagement, une stimulation émotionnelle puissante. La croyance fait des miracles car elle repose sur un concept tout simple avoir confiance, croire, et être positif. Le cerveau prépare alors lui-même l'auto-guérison, comme dans le cas d'un placebo, car il est convaincu que ça va lui faire du bien. Le pouvoir de la pensée est puissant, les bouddhistes sauraient vous expliquer cela mieux que moi.

Toute personne malade espèrent toujours en un remède ou une thérapie miracle. Cependant pour que la guérison s'opère il faut que le malade soit en accord avec ce qu'on lui propose, il faut qu'il est confiance et un "ressenti positif" sans quoi, il n'y aura pas l'effet "miraculeux escompté", sauf quand on parle de médecines concrètes traditionnelles ou parallèles.

Le malade doit se sentir bien avec son "médicament", son "médecin", ou son "thérapeute". L'auto-suggestion devient alors le vecteur principal qui mène vers la guérison. Aussi je suis pour la mise en pratique d'une certaine méthodologie : psychologie, positivisme, dédramatisation de la maladie et mise en confiance avec des solutions diverses. Peu importe que la maladie soit incurable, que la maladie soit à son dernier stade, le premier travail c'est de redonner confiance et espoir au malade pour que son cerveau respire à nouveau le mot espérance et aspire à du positif.

Même si cela est faux, il faut à tout prix rester dans cette optique, car ce n'est pas en démoralisant un malade que vous pourrez améliorer ses chances de guérison.

C'est en effet là le secret de la guérison par la foi, les personnes qui guérissent grâce à une religion ou grâce à une croyance, ont dans leur coeur et leur esprit une espérance et une foi si intenses qu'elles rétablissent le moral de la personne et offrent une stimulation cérébrale importante.
Aussi, ce que nous pouvons rétorquer à certains médecins, c'est de condamner systématiquement leur malade et parfois de décourager leur entourage. Leur esprit scientifique est complètement dépourvu de psychologie. Il n'est pas bon d'annoncer à un malade qu'il est en fin de vie ou qu'il lui reste que deux ou trois mois à vivre, c'est vraiment déconcertant de voir de tels propos faits par certains médecins, alors qu'ils connaissent très bien le fonctionnement du cerveau et de l'esprit, ainsi que leur pouvoir de guérison ou d'autodestruction. Dans le cas d'un malade qui n'est pas au courant de son échéance, mais sa famille oui, le sujet sera dans le même schéma, car il sentira le changement de personnalité chez ses proches, un malade vit plus sur l'émotionnel, ne l'oubliez jamais!!!
De plus, le sujet malade n'est pas stupide, il connaît les traitements et leurs effets puisqu'il les ressent. Aussi je suis vraiment pour que l'on tienne des dialogues ouvrant une perspective plus psychologue et positive.

Si le patient à confiance à son médecin ou à son thérapeute, car il voit que lui-même est battant et confiant, il va y avoir une osmose qui va se créer entre les deux personnes et il en rejaillira automatiquement une amélioration, un bien-être et un espoir pour le malade.

L'influence sur le mental est très importante, c'est pourquoi, lorsqu'une personne à la foi en une idole, un dieu, un saint, une pratique, un culte si cela ne porte pas préjudice à sa santé et à sa sécurité, il faut l'encourager et la motiver dans ce sens.
Bien sûr, il ne faut pas tomber dans les extrêmes ou des cultes dangereux, je mets toujours en garde contre des pratiques extrêmes, sans suivi médicalisé. Il faut toujours, quand on entame une guérison spirituelle, garder à l'esprit que vous avez besoin de vos médicaments et de votre docteur, c'est indispensable.

On sait qu'en Asie du Sud par exemple plusieurs pratiques de guérison religieuses sont utilisées à travers leurs méthodes de soins. Pour étudier les phénomènes médico-religieux , il faut se raccrocher à des civilisations plus proches du plan spirituel comme l'Inde, ou le Tibet...pour pouvoir comprendre leurs fonctionnements sur un plan social . Leur avantage, c'est que le patient, son entourage familial et les guérisseurs locaux cherchent à établir ensemble une causalité, c'est à dire l'origine du mal, pour proposer la meilleure thérapie. Entrent en jeu, dans l'origine du mal, des sources diverses tels que des démons, des ondes négatives ou surnaturelles et sur un plan plus conventionnel des conséquences naturelles alimentation, climat, germes, épidémies... (on est toujours dans le cadre religieux). Pour eux l'origine de la maladie traduite par leurs médiums et chamanes provient le plus souvent d'une transgression communautaire. Aussi les rituels sont dirigés vers la communauté entière et le patient.


LE POUVOIR DE LA PRIERE :

Ils prennent donc en considération la conscience collective, cosmique, et individuelle. C'est ainsi que fonctionnent les guérisons emportant la cause spirituelle dans la thérapie. On peut ainsi expliquer les guérisons par la prière, car, quand on récite une prière on fait appel à un égrégore, c'est une concentration d'énergie visible dans l'astral qui a été créée la plupart du temps par un groupe d'individus. Cette énergie, avec laquelle il est possible d'interagir, possède un caractère qui lui est propre, caractère attribué par ses créateurs. C'est comme un accumulateur d'une énergie possédant ses propres caractéristiques, et motivé par la foi ou la concentration de plusieurs personnes à la fois. Il est alors aisé de comprendre qu'il existe des égrégores de toutes sortes, c'est pourquoi une prière qui est récitée pour soigner les brûlures par exemple comme la prière de St- Laurent va être efficace car elle aura été souvent récitée verbalement avec conviction.

La conviction est la force de la religion et du plan spirituel, car les personnes qui ont des croyances propres, remettent rarement en question leur idéologie. Aussi à la question : les croyances renforcent-elles la guérison, je réponds à l'affirmative. Croire n'a jamais fait de mal, croire c'est comme un rayon de lumière dans un tunnel noir, il peut vous conduire à la libération de vos soucis.

Daniel Namazu
(Magnétisme - Naturopathie - Réflexologie - Relaxologie - Digipuncture)
963 chemin des Moulins 32600 Pujaudran
Tél.: 05-62-07-48-93 (RDV du Lundi au Samedi inclus de 9 h à 19 h)