Bienvenue
ACCUEIL
CULTURE CELTE

ARTS DIVINATOIRES

Voyance
Astrologie
Numérologie
Oniromancie
Anges Gardiens
Paranormal
Sorcellerie
Bilocation
Karma

DIVERS


Journal Lauviah

Ufologie : les ovnis
Foire aux Mystères
Transcommunication
Medium : Allison Dubois
Facebook









NOS SERVICES
ET PRODUITS


MÉDECINES DOUCES

Aromathérapie
Phytothérapie
Magnétisme
Relaxation


Qui sommes-nous ?
Notre charte
Notre équipe
Publicité

Articles et témoignages
Lauviah et le Gers
Nous contacter
Conférences


Elle prend sans doute sa source quelque part dans le nord du sous continent eurasiatique, vers la fin du 3ème millénaire. Des populations usant d'un même système de langues (indo-européennes) commencent alors à migrer. On retrouve bientôt des éléments au nord du sous-continent indien et en Perse. Vers la fin du 2ème millénaire, elles colonisent l'Europe du sud-est : les Hyksos et les Achéens en font partie ainsi que d'autres groupes qui, plus au nord, progressent vers l'Europe occidentale. Tous maîtrisent la métallurgie du bronze. Vers 900 avant J.-C., se développe une culture entre les rives du Danube et la vallée du Rhin. A cette civilisation dite de Hallstatt, du nom d'une localité autrichienne qui a fourni de nombreux vestiges, succède vers le Vè siècle celle dite de la Tène qui couvrira la totalité de l'europe occidentale. Toute la façade atlantique, de la péninsule Ibérique, comme le nord de l'Italie, appartiendront ainsi à son domaine.

Les grecs appeleront "Keltoi", Celtes, ces populations habitant au nord de leur zone d'influence, les confondant parfois avec les populations germaniques voisines.

I faut admettre que les traces laissées par cette civilisation sont éparses et lacunaires sur une durée de près de 20 siècles durant lesquels, sauf en ce qui concerne l'Irlande du VIIè au IXè siècle, les rares informations qui soient parvenues, l'ont été par l'intermédiaire d'auteurs grecs ou latins peu ou mal informés.

UNE TRANSMiSSiON ORALE DU SAVOiR :

Pour avoir utilisé l'écriture de façon toute épisodique, les celtes n'en préfèrent pas moins confier à la mémoire et à la transmission orale les textes fondateurs de leur civilisation, annales historiques et récits mythologiques, entre autre. Il faudra attendre leVIè siècle de notre ère pour voir des moines confier à l'écrit des éléments d'un savoir dont l'acquisition, si l'on en croit César, pouvait auparavant nécessiter de longues études. Encore cette transcription ne concerne-t-elle que l'Irlande et la Bretagne ; la première non romanisée vient à ce moment de se convertir au christianisme, la seconde est restée en contact avec la civilisation romaine durant près de cinq siècles.
Aucun texte important ne nous est parvenu de la langue gauloise : seuls ont survécu quelques inscriptions et des éléments d'un vocabulaire concernant essentiellement les techniques, l'agriculture, la végétation, les noms de fleuves. Quelques-uns de ces mots issus du gaulois restent encore présents dans le français comme alouette, bourbier, barrique, char, charrue, lande...

Aussi, s'il est possible de parler de civilisation celtique, on ne peut en aucun cas évoquer l'idée d'un empire celte.

C'est la religion, semble-t-il, qui, avant l'ère chrétienne comme après, unira les populations des pays celtes et permettront la sauvegarde du patrimoine.

Le cycle des romans arthuriens et la quête, les amours de Tristan et Iseut, des poésies sous forme de liais, vont connaître un succès tel, qu'ils vont pendant tout le Moyen-âge, et encore un peu plus tard, imprégner la lithérature occidentale jusqu'en plein XVIIè siècle et se trouver à la source du genre romanesque. De son côté, l'Irlande, à travers le récit de la navigation de saint Brendan, lui-même traduit en plusieurs langues, attirera l'attention sur cette "terre de promission des saints", ces "isles fortunées" qui se trouvent au-delà de l'océan occidental. Saint Brendan les avait vues, il y avait séjourné; de hardis navigateurs, à l'instar de Christophe Colomb, pouvaient se lancer sur ses traces près de 10 siècles plus tard.


CONNAiSSANCE DU SYSTEME RELiGiEUX
:

Les celtes disposaient d'une caste sacerdotale, les druides ( les "très savants"). Ceux-ci avaient en charge l'enseignement de la religion, présidaient aux rituels, étaients juges, médecins, pratiquaient les sacrifices. Dans ses Commentaires sur la guerre des Gaules, César rapporte que leur enseignement, donné oralement, pouvait astreindre le disciple à 20 années d'études.
Les lieux de culte, ou nemeton, ne prenaient pas forme d'édifices construits, il pouvait s'agir de sommets ou de clairières, plus généralement de lieux où la terre s'ouvrait sur le ciel. Ils n'ont de fait laissé que peu de traces. On raconte l'ahurissement des Gaulois de Brennus et leur fou rire lorsqu'ils s'aperçurent que les Grecs représentaient leurs dieux par des statues de forme humaine. Sources, montagnes, clairières semblent être les lieux privilégiés de rencontre avec le surnaturel.

 

RITUELS



Cérémonies
Mariage
Baptême
Protection de lieu

Dégagement de lieu

 

VIDEO CULTURE CELTE

 



Céline
: parapsychologue - webmaster
Daniel : magnétiseur, naturothérapeute
Maya De Lode : médium
Sarl Centre Lauviah 963 chemin des Moulins 32600 Pujaudran FRANCE - Tél.: 05-62-07-48-93